Jump to content
Streaming football Gratuit : regarde les matchs en direct d'aujourdui

  • À quoi sert sky football ?

    Tous les fans de football rejoignent ce site à la sublime atmosphère et 100% GRATUIT.

     

    Tu veux voir tout le football ?
    Tu es arrivé au bon endroit pour :
    1-
    regarder chaque match de football en streaming direct live

    2- voir tous les buts, résumés et matchs en entier

     

    Tu vas partager des émotions de football inoubliables. Quand tu seras un habitué, tu auras la chance de revoir les anciens messages et vidéos de ces matchs qui t'ont fait vibrer.

     

    Prêt à parler de football ?
    Inscris-toi maintenant (en 1 minute Jongles au football) et viens t’amuser avec nous à vivre le football car "sky football c'est le football".

     

    Ajoute sky football sur ton mobile comme une application : Ajouter sky football sur Chrome Installer sky football sur Firefox, à tes favoris en appuyant sur "Ctrl + D" ou retrouve-nous sur Communities by Invision : Télécharger l'application Invision Community sur Google Play pour revenir souvent partager le bonheur du football.

     

    Smiley tête au football


Le Dernier Film Que Tu As Vu?


Recommended Posts

5694940_topsters2(4).thumb.jpg.44ec802c2ef91b8ab2a5e4123bfa0a39.jpg

 

Bon j'ai fait à la va vite pour la partie basse et j'ai mis les premiers films qui me venaient à l'esprit à la fin (dont Annette lol mais je crois vraiment que c'est un chef d'oeuvre). On voit beaucoup de films des mêmes réalisateurs 4 pour Godard, 3 de Gus Van Sant les plus grands maitres pour moi

Mais mon top 10 sûr et qui sera difficile à détroner

 

1. Pierrot le fou

2. Under the Skin

3. Gummo

4. Lost in Translation

5. Mulholland Drive

6. Yi yi

7. Persona

8. Les contes de la lune vague après la pluie

9. Elephant

10. Hiroshima mon amour

 

Le 30/10/2018 à 09:00, Modern Talking's Legacy a dit :

Ozil est un artiste, il faut l'admirer et en profiter tant qu'il est là.

 

 

 

 

 

Link to post

Share on other sites


  • Replies 12.3k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Jeepers Creepers 3      Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer ce que c'est que cette merde ? C'est quoi tous ces acteurs de merde pas crédible ? On est content de les voir crever. C

Dimanche 17 juillet 2016, 18h30. Générique de fin, je saisis la télécommande et éteins ma télévision l'air pensif. Les images se bousculent dans ma tête. Je me lève encore sous le choc et ma

J'ai l'impression d'avoir vu ce film y a perpète tellement vous avez mis du temps à le mater  TWB, Blaster et toi. Mais Gringo et Rom's l'ont vu avant moi.

Posted Images

Beaucoup de films que je connais pas, ça me donnera des idées.

 

Si vous avez l'occasion de voir Gokseong (The Wailing), ça m'avait mis une claque.

 

giphy.webp

 

"SO MANY BOOKS, SO LITTLE TIME." - FRANK ZAPPA

 

Link to post

Share on other sites

 

Link to post

Share on other sites

Vu Bergman Island,

Fin, intelligent mais bien qu'on ne s'ennuie pas tout à fait, le film ne parvient pas à nous emporter. Et j'aime pas trop les films qui ont un "twist final" qui change toute la vue d'ensemble du film. Moyen.

 

Normalement aujourd'hui je dois voir Titane, la palme d'Or, avec une certaine appréhension je dois l'avouer. See you on the other side !

 

Le 30/10/2018 à 09:00, Modern Talking's Legacy a dit :

Ozil est un artiste, il faut l'admirer et en profiter tant qu'il est là.

 

 

 

 

 

Link to post

Share on other sites

il y a une heure, Guru a dit :

Vu Bergman Island,

Fin, intelligent mais bien qu'on ne s'ennuie pas tout à fait, le film ne parvient pas à nous emporter. Et j'aime pas trop les films qui ont un "twist final" qui change toute la vue d'ensemble du film. Moyen.

 

Normalement aujourd'hui je dois voir Titane, la palme d'Or, avec une certaine appréhension je dois l'avouer. See you on the other side !

de toute facon le chef d oeuvre de Mia Hansen Love 

c est le pere de mes enfants 

 

un grand film sur la filliation , la passion le devoument au service de l art 

les scenes exterieurs filmé en italie ont d une rare beaute lumineuse 

 

 

 

Link to post

Share on other sites

Merci je vais essayer de le voir. J'ai aussi beaucoup entendu parler de Eden

 

Le 30/10/2018 à 09:00, Modern Talking's Legacy a dit :

Ozil est un artiste, il faut l'admirer et en profiter tant qu'il est là.

 

 

 

 

 

Link to post

Share on other sites

Je suis entrain de me faire la filmo de Hong sang-soo, pour ceux qui seraient intéressés par le cinéma Coreen plutôt Naturaliste. 

 

 

 

 

Sinon, j'ai vu le film Kaamelott hier au ciné,  un peu décu. Ca manquait d'humour par rapport à la série.

afp_14014342_52450.jpg

Link to post

Share on other sites

il y a 4 minutes, renteria a dit :

Je suis entrain de me faire la filmo de Hong sang-soo, pour ceux qui seraient intéressés par le cinéma Coreen plutôt Naturaliste. 

 

 

 

 

Hong sang soo les 3 seuls mots plus beaux que Je t'aime :wub:

 

Conte de Cinéma :wub: 

Seule sur la plage la nuit :wub: 

Hotel by the River :wub: 

 

Le 30/10/2018 à 09:00, Modern Talking's Legacy a dit :

Ozil est un artiste, il faut l'admirer et en profiter tant qu'il est là.

 

 

 

 

 

Link to post

Share on other sites

il y a 56 minutes, Guru a dit :

 

Hong sang soo les 3 seuls mots plus beaux que Je t'aime :wub:

 

Conte de Cinéma :wub: 

Seule sur la plage la nuit :wub: 

Hotel by the River :wub: 

C'est sympa de croiser quelqu'un qui apprécie HSS à sa juste valeur. Il est vraiment très bon :wub:

J'ai acheté Hill Of freedom et Un jour avec un jour sans. Je vais me mater ca, la semaine prochaine.

 

J'ai aussi maté Asako I&II, belle histoire sur un premier amour.

 

 

Trop de films que j'aurai pu mettre.

topsters2 (1).jpg

Edited by renteria
afp_14014342_52450.jpg

Link to post

Share on other sites

Ah ouais, ce topic est étrange.

Il se passe rien des mois et d'un coup t'as 5 posts :journal:

 

@renteria comme tu as l'air d'aimer le cinéma coréen (comme beaucoup d'ailleurs, il y a une vraie créativité parfois qui fait passer les Ricains pour des tiers-mondistes), tu en penses quoi de Gokseong, ou The Wailing ?

 

giphy.webp

 

"SO MANY BOOKS, SO LITTLE TIME." - FRANK ZAPPA

 

Link to post

Share on other sites

Vraiment étrange ce Green Knight le rythme lent m'a parfois dérangé, mais en même temps le film a un côté très fascinant donc j'ai soupiré une fois ou deux mais sans relâcher l'attention. Trop métaphorique, y a plein de sens cachés mais je suis nul à ce jeu. Du coup je vais fouiner un peu pour trouver des explications ou articles à ce sujet.

 

giphy.webp

 

"SO MANY BOOKS, SO LITTLE TIME." - FRANK ZAPPA

 

Link to post

Share on other sites

avant la sortie de son nouveau film , je me refais la filmo de Desplechin 

 

 

Comment je me suis disputé ... ma vie sexuelle 1996 

 

Les histoires d'amour et les histoires tout court de Paul, maître-assistant dans une faculté de la périphérie parisienne où il ne compte pas faire de vieux os.

 

Je me souviens avoir vu ce film ,grace à ma prof de Français  et il m'avait bouleversé. A la sortie, on avait vu Desplechin et Amalric qui fumaient des clopes dehors, et on était allé leur parler. Un de mes amis leur avait dit un truc qui résume parfaitement ce que je pensais du film : "Vous racontez la vie de jeunes trentenaires bourgeois, parisiens, brillants universitaires. Moi, je suisfils d'ouvrier et je n'ai pas fait d'études, et pourtant j'ai l'impression que vous venez de raconter ma vie".

 

 j'ai du voir ces trois heures de film une bonne dizaine de fois, et il est toujours aussi juste, aussi précieux, il m'émeut avec toujours autant de délicatesse, de précision et de mélancolie.
C'est l'un des films les plus singuliers, les plus amples et les plus ambitieux qu'ait offert le cinéma français post Nouvelle Vague.

 

la formule :

Du conflit, du conflit et encore du conflit : c'est un conseil que donnerait tout bon scénariste à son élève. Prendre une poignée de personnages, les laisser ensemble sur quelques pages et voir ce qui se passe. Sauf que "quelques pages", Desplechin, il connaît pas. Sur le plateau, son script devait peser plus lourd que les caméras. Il le sait : la famille est un champ de bataille que le cinéma français connaît bien. Pas du genre à survoler les affrontements, Desplechin se porte toujours volontaire pour aller en première ligne. Prendre son sujet avec des pincettes est chose inenvisageable pour lui. Comment je me suis disputé...(ma vie sexuelle) ne déroge pas à la règle : en contant l'histoire d'un prof de fac désabusé qui galère à boucler sa thèse, Desplechin avait déjà de quoi peindre un de ces portraits proches du réel dont notre cinéma national se gave à longueur d'années.

Sauf que le bonhomme, une fois armé d'un stylo et d'une caméra, se transforme en crise de boulimie ambulante. Ses personnages, il les démultiplie, les entrecroise, les mélange dans une course effrénée. Ses situations, il les fait passer de la tension à la déconne, du bon mot qui claque au monologue compulsif. Ses images, il les veut sans artifices mais toujours blindées d'une énergie folle, parfois jusqu'à verser dans un onirisme qu'une poignée de dialogues tentera vainement de rationaliser. Multipliant les joutes verbales en plans-séquences, il secoue jusqu'à épuisement son microcosme déglingué : Mathieu Amalric en prof au bout du rouleau, Emmanuelle Devos en femme idéale mais constamment rejetée, Denis Podalydès en amoureux/angoissé à bout de souffle, Jeanne Balibar en manipulatrice au charme glaçant.... Un chassé-croisé de névroses que des dialogues exceptionnels traduisent avec humour et sensibilité.

 

Du grand art soutenu par une distribution cinq étoiles qui ne vire jamais au défilé de stars. Chaque personnage du film nourrit l'autre, lui redonne espoir, le blesse, le fout en l'air... Les dialogues débordent de toutes parts, commentant parfois jusqu'à l'overdose les tourments intérieurs des protagonistes. Comment je me suis disputé..(ma vie sexuelle) est un film écrit.  Beaucoup trop écrit, même. Mais c'est bien cette maîtrise dans la surabondance qui le rend aussi vif et spontané, passant dès qu'il le souhaite d'une temporalité à l'autre, armé d'un sens de l'ironie qui se fait toujours entendre au bon moment. Sur un canevas propice à un traitement pépère (la famille et ses travers), Desplechin embraye sur un déluge ininterrompu de séquences irrésistibles, cathartiques et hautement jouissives.

Ah, j'oubliais : ça dure 2h52 en tout. Pourtant, vu le rythme du film, on se dit que Desplechin aurait pu en tenir le double sans s'essouffler. Il a sûrement fallu un boulot monstre sur la table de montage pour en arriver à un tel résultat mais les efforts sont plus que payants. Pour parler simplement, on appelle ça une petite tuerie.

 

 

évidemment en sortant du cinéma je voulais être  Paul 

 

 

 

 

 

 

Link to post

Share on other sites

Le 30/07/2021 à 17:22, Sevoth-Tart a dit :

Ah ouais, ce topic est étrange.

Il se passe rien des mois et d'un coup t'as 5 posts :journal:

 

@renteria comme tu as l'air d'aimer le cinéma coréen (comme beaucoup d'ailleurs, il y a une vraie créativité parfois qui fait passer les Ricains pour des tiers-mondistes), tu en penses quoi de Gokseong, ou The Wailing ?

 

Effectivement, j'ai vu pas mal de films et j'aime beaucoup le cinéma coréen, qui est clairement sous-estimé. Pour Gokseong, ca va peut être te surprendre, bien qu'il soit assez connu, il est encore dans ma liste de films à mater.

 

Je suis allé voir OSS 117 aujourd'hui. En dessous de ses 2 prédécesseurs, il y'a encore l'âme mais amputé le fait qu'il n'y a pas vraiment d'histoire. 

Le 04/08/2021 à 15:44, avram grant a dit :

avant la sortie de son nouveau film , je me refais la filmo de Desplechin 

 

 

Comment je me suis disputé ... ma vie sexuelle 1996 

 

Les histoires d'amour et les histoires tout court de Paul, maître-assistant dans une faculté de la périphérie parisienne où il ne compte pas faire de vieux os.

 

Je me souviens avoir vu ce film ,grace à ma prof de Français  et il m'avait bouleversé. A la sortie, on avait vu Desplechin et Amalric qui fumaient des clopes dehors, et on était allé leur parler. Un de mes amis leur avait dit un truc qui résume parfaitement ce que je pensais du film : "Vous racontez la vie de jeunes trentenaires bourgeois, parisiens, brillants universitaires. Moi, je suisfils d'ouvrier et je n'ai pas fait d'études, et pourtant j'ai l'impression que vous venez de raconter ma vie".

 

 j'ai du voir ces trois heures de film une bonne dizaine de fois, et il est toujours aussi juste, aussi précieux, il m'émeut avec toujours autant de délicatesse, de précision et de mélancolie.
C'est l'un des films les plus singuliers, les plus amples et les plus ambitieux qu'ait offert le cinéma français post Nouvelle Vague.

 

la formule :

Du conflit, du conflit et encore du conflit : c'est un conseil que donnerait tout bon scénariste à son élève. Prendre une poignée de personnages, les laisser ensemble sur quelques pages et voir ce qui se passe. Sauf que "quelques pages", Desplechin, il connaît pas. Sur le plateau, son script devait peser plus lourd que les caméras. Il le sait : la famille est un champ de bataille que le cinéma français connaît bien. Pas du genre à survoler les affrontements, Desplechin se porte toujours volontaire pour aller en première ligne. Prendre son sujet avec des pincettes est chose inenvisageable pour lui. Comment je me suis disputé...(ma vie sexuelle) ne déroge pas à la règle : en contant l'histoire d'un prof de fac désabusé qui galère à boucler sa thèse, Desplechin avait déjà de quoi peindre un de ces portraits proches du réel dont notre cinéma national se gave à longueur d'années.

Sauf que le bonhomme, une fois armé d'un stylo et d'une caméra, se transforme en crise de boulimie ambulante. Ses personnages, il les démultiplie, les entrecroise, les mélange dans une course effrénée. Ses situations, il les fait passer de la tension à la déconne, du bon mot qui claque au monologue compulsif. Ses images, il les veut sans artifices mais toujours blindées d'une énergie folle, parfois jusqu'à verser dans un onirisme qu'une poignée de dialogues tentera vainement de rationaliser. Multipliant les joutes verbales en plans-séquences, il secoue jusqu'à épuisement son microcosme déglingué : Mathieu Amalric en prof au bout du rouleau, Emmanuelle Devos en femme idéale mais constamment rejetée, Denis Podalydès en amoureux/angoissé à bout de souffle, Jeanne Balibar en manipulatrice au charme glaçant.... Un chassé-croisé de névroses que des dialogues exceptionnels traduisent avec humour et sensibilité.

 

Du grand art soutenu par une distribution cinq étoiles qui ne vire jamais au défilé de stars. Chaque personnage du film nourrit l'autre, lui redonne espoir, le blesse, le fout en l'air... Les dialogues débordent de toutes parts, commentant parfois jusqu'à l'overdose les tourments intérieurs des protagonistes. Comment je me suis disputé..(ma vie sexuelle) est un film écrit.  Beaucoup trop écrit, même. Mais c'est bien cette maîtrise dans la surabondance qui le rend aussi vif et spontané, passant dès qu'il le souhaite d'une temporalité à l'autre, armé d'un sens de l'ironie qui se fait toujours entendre au bon moment. Sur un canevas propice à un traitement pépère (la famille et ses travers), Desplechin embraye sur un déluge ininterrompu de séquences irrésistibles, cathartiques et hautement jouissives.

Ah, j'oubliais : ça dure 2h52 en tout. Pourtant, vu le rythme du film, on se dit que Desplechin aurait pu en tenir le double sans s'essouffler. Il a sûrement fallu un boulot monstre sur la table de montage pour en arriver à un tel résultat mais les efforts sont plus que payants. Pour parler simplement, on appelle ça une petite tuerie.

 

 

évidemment en sortant du cinéma je voulais être  Paul 

 

 

 

 

 

 

 Disponible sur le site d'Arte jusqu'au 31/08 pour ceux que ca intéresse. 

https://www.arte.tv/fr/videos/017555-000-A/comment-je-me-suis-dispute-ma-vie-sexuelle/

Edited by renteria
afp_14014342_52450.jpg

Link to post

Share on other sites

Soirée Michael Douglas hier.

 

A la poursuite du diamant vert et Le diamant du Nil

 

Le premier est très fun et il a bien vieilli, la suite c'est un peu l'inverse.

 

giphy.webp

 

"SO MANY BOOKS, SO LITTLE TIME." - FRANK ZAPPA

 

Link to post

Share on other sites

Le 10/08/2021 à 13:02, Sevoth-Tart a dit :

Soirée Michael Douglas hier.

 

A la poursuite du diamant vert et Le diamant du Nil

 

Le premier est très fun et il a bien vieilli, la suite c'est un peu l'inverse.

Super cool a sa sortie. En plus K Turner etait au top apres sa prestation fulgurante 3 ans plus tot dans la fievre au corps

 

Excellent tres bien filmé . Ca me disais rien du tout, j'ai mit ca pour bouffer ayant marre de chercher un truc pour quinze minutes et finalement c'etait tres bien. Scenari pas exceptionel mais tres bon realisateur

5035523.jpg-c_310_420_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg.7229d3970e9f682aeec7112c7cf45889.jpg

messi-afp-3323-71a021-0@1x.jpeg.a3eb02f19d19d0659ca7804a1641aa9c.jpeg

 

Link to post

Share on other sites

Le 10/08/2021 à 13:02, Sevoth-Tart a dit :

Soirée Michael Douglas hier.

 

A la poursuite du diamant vert et Le diamant du Nil

 

Le premier est très fun et il a bien vieilli, la suite c'est un peu l'inverse.

C'est dans le 2ème qu'il y a la chanson de Billy Ocean?

200.gif?cid=95b27944ce3288f58ccaf32125f4

Arrivées : Tavares, Lokonga, White, Odegaard, Ramsdale, Tomiyasu, Biereth

Départs : Luiz, Willock, Willian, Medley, McGuinness, Coyle, Sheaf, Olowu, Oyegoke, Bola
Prêts : Guendouzi, Saliba, Mavropanos, Torreira, Nelson, Runarsson, Bellerin, Ballard, Smith, Iliev, Moller, John-Jules, Clarke, Smith, Osei-Tutu, Azeez, Dinzeyi

Link to post

Share on other sites

Il y a 12 heures, Lord Maguire a dit :

Super cool a sa sortie. En plus K Turner etait au top apres sa prestation fulgurante 3 ans plus tot dans la fievre au corps

 

Excellent tres bien filmé . Ca me disais rien du tout, j'ai mit ca pour bouffer ayant marre de chercher un truc pour quinze minutes et finalement c'etait tres bien. Scenari pas exceptionel mais tres bon realisateur

5035523.jpg-c_310_420_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg.7229d3970e9f682aeec7112c7cf45889.jpg

Bonjour @Lord Maguire.

 

As-tu vu les MP que je t'ai envoyés ?

 

Merci.

On ne tombe pas amoureux du football, on le devient.

 

sky football, l'avenir qui n'oublie pas le passé

userbar.gif

 

 

Link to post

Share on other sites

Il y a 1 heure, Nati a dit :

C'est dans le 2ème qu'il y a la chanson de Billy Ocean?

 

Exact.

 

 

 

giphy.webp

 

"SO MANY BOOKS, SO LITTLE TIME." - FRANK ZAPPA

 

Link to post

Share on other sites

J'ai enfin maté The French Connection.

 

C'était bien rythmé, un Gene Hackman au top et même détestable.

Ce n'est plus l'arrestation qui l'intéresse, il veut tous les buter ce malade.

Par contre je n'ai jamais qu'il y avait une suite et ça ne me donne pas envie.

D'après le synopsis, il va se rendre à Marseille parce que le boss arrive à s'échapper.

Et seul contre tous alors qu'il est en terrain ennemi, il va le dégommer ?

Soyons sérieux un peu, faut pas prendre les spectateurs pour des cons. La fin m'allait très bien.

"Laisse le flingue, prends les cannellonis." - Peter Clemenza

Link to post

Share on other sites

Film merveilleux ultra facile à revoir 20 fois

La suite est pas terrible en effet mais ca passe qd meme vu la production actuelle. On peut y apercevoir le pere du type en chasuble orange dans Nice Marseille

messi-afp-3323-71a021-0@1x.jpeg.a3eb02f19d19d0659ca7804a1641aa9c.jpeg

 

Link to post

Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Promotion

  • Vidéos des buts et des résumés des matchs

  • Promotion

×
×
  • Create New...