Jump to content
  • À quoi sert "sky football" ?

    C'est le site de football à la sublime atmosphère et 100% GRATUIT.


    Tu veux voir tout le football ?
    Tu es arrivé au bon endroit pour regarder tous les matchs de football en direct live et télécharger tous les buts, résumés et matchs en entier.


    Quand tu seras un habitué, tu seras heureux de tout ce que la communauté t'as donné et tu vas relire ces messages qui t'avaient fait vibrer de bonheur.


    Prêt à parler de football ?

    Inscris-toi maintenant (en 1 minute Jongles au football) et viens t'amuser à vivre le football avec nous car "sky football c'est le football".


    Ajoute "sky football" sur ton mobile comme une application : Ajouter sky football sur Chrome Installer sky football sur Firefox, à tes favoris en appuyant sur "Ctrl + D" ou retrouve-nous sur Communities by Invision : Télécharger l'application Invision Communities sur Google Play pour revenir souvent partager la joie du football.


    Smiley tête au Football


Coupes de France : 69-70, 71-72, 76 à 84, 85 à 90 91, 92 à 2001, 2002 à 2009 2010-2011 & Cpe Ligue: 94-95, 2010 à 2012


Recommended Posts

INDEX

 

2746461-56751230-2560-1440.jpg.adc6cd47223ba499b88d0727451a4023.jpg

 

1969 70 St Etienne Nantes

1971 1972 Marseille Bastia

1974 1975 Demie Finale St Etienne Bastia

 1976 1977 St Etienne Stade de Reims

1977 1978 Nancy Nice

1978 1979 Nantes Auxerre

1979 1980 Monaco Orleans

 

1980 1981 Bastia St Etienne

1981 1982 Paris Sg St Etienne

1982 1983 Paris Sg Nantes

1983 1984 Metz Monaco

1985 1986 Bordeaux Marseille

1986 1987 Bordeaux Marseille

1987 1988 Metz Sochaux

1988 1989  Marseille Monaco

1989 1990 Montpellier Racing

 

1990 1991 Monaco Marseille

1992 1993 Psg Nantes

1993 1994 Auxerre Montpellier

1994 1995 Psg Strasbourg

1995 1996 AJ Auxerre Nimes Olympique

1996 1997 Nice Guigamp

1997 1998 PSg Rc Lens

1998 1999 Nantes Sedan

1999 2000 Nantes Calais

 

2000 2001 Strasbourg Amiens

2002 2003 Auxerre Psg

2003 2004 Psg Chateauroux

2004 2005 Auxerre Sedan

2005 2006 Psg Marseille

2006 2007 Sochaux Marseille

2007 2008 Lyon Psg

2008 2009 Guigamp Rennes

2010 2011 Issy Brest 32e de finale

2010 2011 Lille Nantes

2010 2011 Lille Psg 

 

Coupe de la Ligue 1994 1995 Psg Bastia

Coupe de la Ligue  2010 2011 Marseille Montpellier

 

Coupe de la Ligue 2010 2011

Montpellier Paris SG 2010 2011 Demie Finale

 

Coupe de la ligue 2011 2012 Lyon Marseille

 

Trophee des Champions 2011

 Lille Marseille

 

 

Resumés Coupe de la ligue Quarts de finale 10 novembre 2010

Doc CDF 1993 1994

"Merci Calais" Epopée 1999 2000

 

______________________________________________________

 

1969 1970

St Etienne Nantes

 

883330384_twb22.blogspot.com-----884(1).thumb.jpg.62d12bbd7e67cebf64efdf3573e43609.jpg

 

Cpe.Fra.1969.1970.Fin.StEt.Nant.Thewildbunch22.mkv
1.0 Go
https://uptobox.com/kkxcvvf685xb

ou or

https://k2s.cc/file/cae1bfcf2ed3f/Cpe.Fra.1969.1970.Fin.StEt.Nant.Thewildbunch22.mkv

 

Patrick Parizon (25'), Georges Bereta (40'), Robert Herbin (51'), et Hervé Revelli (74' et 87') pour Saint-Étienne.
AS Saint-Étienne Georges Carnus - Vladimir Durkovic, Robert Herbin (cap.), Bernard Bosquier, Georges Polny - Jean-Michel Larqué, Aimé Jacquet - Patrick Parizon, Hervé Revelli, Salif Keita, Georges Bereta
Coach : Albert Batteux
FC Nantes Jean-Michel Fouché - Jean-Claude Osman, Vincent Estève, Roger Lemerre (cap.), Gabriel De Michèle - Georges Eo puis Claude Arribas, Michel Pech - Bernard Blanchet, Philippe Gondet, Henri Michel, Philippe Levavasseur
Coach : José Arribas

 

228160606_AsseNantes70-----708(2).thumb.jpg.e27b6d73edd180ece22e3e3d1ab273b6.jpg

 

515712039_Cpe_Fra_1969_1970_Fin_StEt_Nant.The07(1).thumb.png.f75c46fe3fe0d67d2dff02540a538bd7.png

 

Cpe_Fra_1969_1970_Fin_StEt_Nant.The07.thumb.png.4242cd1086544a6a076846bef426b74b.png

 

140499322_Cpe_Fra_1969_1970_Fin_StEt_Nant.The07(2).thumb.png.a2f953fbef4d722627f6e07e738cd0c5.png

 

454274912_Cpe_Fra_1969_1970_Fin_StEt_Nant.The07(3).thumb.png.bc10b42bda77b1b245dbd34dc786a2d9.png

 

 

 

 

Edited by twb22
Link to post
Share on other sites
  • Replies 50
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Cpe.Fra.1993.1994.Doc.twb22.mp4 1.3 Go https://uptobox.com/4tpu970t3k1m https://uptostream.com/4tpu970t3k1m  

Posted Images

1977 1978

Nancy Nice

13 mai 1978

 

 

Cdf_78_Fin_Nncy_Nce.jpg.7413c28ad7e31537b4303cddc03fa46f.jpg


https://k2s.cc/file/bb5436c4120c4/Cdf.78.Fin.Nncy.Nce.twb22.AVI

 

Nancy - Moutier - Cloet, Caron, Curbello, Perdriau puis Raczynski (79eme)- Rubio, Jeannol, Neubert - Chebel, Platini, Rouyer -

Nice - Baratelli - Zambelli,Barraja, Katalinski, Morabito - Guillou, Jouves, Huck, Capadonna puis Toko (75eme) - Bjekovic, Sanchez

 

Cdf_78_Fin_Nncy_Nce.twb22.thumb.jpg.61382d331ab33ffaef3d9b2fecd959dd.jpg

 

155351829_Nancynice-----twb22.blogspot.com(2).thumb.jpg.ce6eb84a5eb56daed4acb6fe11499bc3.jpg

 

1474674289_Nancynice-----twb22.blogspot.com(3).thumb.jpg.d62ea2043fe3c0977011cd33073a8efb.jpg

 

160645692_Nancynice-----twb22.blogspot.com(1).jpg.a67b1272ff3a4ac338906d5e184f9d1d.jpg

 

2093951123_Nancynice-----twb22.blogspot.com(5).thumb.jpg.cb91358bdf36632979b6690336d4915d.jpg

 

329646331_Nancynice-----twb22.blogspot.com(6).thumb.jpg.7caf3a8f21494f143c293b833e4167c3.jpg

 

587559164_Nancynice-----twb22.blogspot_com.thumb.jpg.c0bfe2623bef2c388b378f1ab139e910.jpg

Cdf.78.Fin.Nncy.Nce2  .jpg

Cdf.78.Fin.Nncy.Nceguillou.jpg

Link to post
Share on other sites

1971 1972

Marseille Bastia

4 Juin 1972 Parc des Princes
 

72OMBastia13.jpg.a8063df9128cc4a30858c82d59a84362.jpg

 

Cdfr.71.Om.bas.twb22.avi
1.0 Go
https://uptobox.com/4l8n6lzxx1m0

 

Arbitre Mr Frauciel, 44069 Spectateurs
Buts Couecou (15e) Skoblar (73e) Franceschetti (84e)
OM Carnus - Lopez, Bosquier , Zvunka, Kula - Novi, Bonnel (Hodoul 78e) - Magnusson, Gress, Skoblar, Couecou Entraineur Zatelli
BASTIA Pantelic, Mosa, Luccini, Savkovic, Tosi, Calmettes, Dogliani, Kanyan, Félix, Franceschetti, Giordani puis Papi (78e). Entraineur Cahuzac

 

Cdfr_71_Om_bas.twb22.thumb.jpg.8bf5f6a993a8025bf194043bc4830794.jpg

 

72OMBastiaZvunka.thumb.jpg.1477869b25cbff2238f23976faafb651.jpg

Link to post
Share on other sites

1994 1995

Psg Strasbourg

13 May 1995 Parc des Princes, Paris

 

1701242577_PsgStarsbourg1995twb22.blogspot.com-----020(9).thumb.jpg.d1e6060c05eed836c7aa647887ab8fbc.jpg

 

https://k2s.cc/file/a5a0f3ab9667d/Cpe.Fra.1994.1995.Par.Stras.Thewildbunch22.2Hlf.mkv
https://k2s.cc/file/1ceae3df3f552/Cpe.Fra.1994.1995.Par.Stras.Thewildbunch22.1Hlf.mkv

 

supplement telefoot special

https://k2s.cc/file/5189566d250b8/Cpe.Fra.1994.1995.Par.Stras.Thewildbunch22.TeleFoot.mkv

 

  Petite  finale, beau capitaine. Ce capitaine qui, écharpe du PSG autour du cou, brandit pour la quatrième fois la Coupe de France (deux victoires avec Bordeaux et deux avec le Paris Saint-Germain), rayonnant de bonheur, de cette joie simple que tes deux équipes n'avaient pas su offrir au Parc des Princes. Seule la victoire est belle: tout le reste, encore chaud, pourtant, est rangé dans la boîte à souvenirs. Pêle-mêle: belles images de fraternité (Vincent Guérin et Frank Lebœuf, responsables, main dans la main, saluant les deux «tops») ou tristes instantanés d'une mièvre rencontre, émaillée d'innombrables approximations et écrasée de tension. Clichés presque jaunis à force d'avoir été trop vus, match inodore et incolore, seulement éclairé par la frappe déciswe d'un Paul Le Guen fatigué. Quel contraste avec la fête offerte, trois jours plus tôt, dans cette même noble enceinte, par Arsenal et Saragosse, formidable ambiance, joueurs et supporters mêlés. Voilà ce que doit être une véritable finale: de la passion, de la ferveur et, surtout, du football.

 

1982863262_PsgStarsbourg1995twb22.blogspot.com-----020(4).thumb.jpg.7905220a22681a7dca677d4f23f386f9.jpg

 

De mes quatre finales, la première était la plus belle et celle-ci la plus dfficile», souligne Alain Roche, témoin du temps qui passe. La plus difficile mais, sans doute aussi, la plus réconfortante pour un groupe qui, avant sa dislocation annoncée, ajoute un trophée supplémentaire au palmarès du PSG. La joie, donc. Et Roche qui tombe dans les bras de David Ginola, aussitôt intercepté par Patrick Colleter. La bise d'Antoine Kombouaré, la tape amicale de Pierre Alonzo. Et un micro qui se tend: On est allé au bout de chaque Coupe nationale. J'en suis ravi pour tous les joueurs, car il y aura certainement beaucoup de départs. Il faut dire merci à tous ces garçons et, s'ils partent, leur dire un grand bravo!». Seigneur, Alain Roche. Comme d'habitude. Lui, c'est acquis, ne partira pas. Le PSG. comme l'équipe de France, ne peut plus se passer de ses services. On le comprend. Impérial cette saison sur tous tes fronts, Roche a imposé son calme et sa Lucidité au sein d'une défense parisienne imperméable. Précis dans ses interventions, décisif lors de ses face à face. appliqué sur ses relances, dominateur dans le secteur aérien son jeu de tête souvent une âme offensive celte saison , Roche apparaît désormais comme l'un des meilleurs défenseurs centraux d'Europe. Capitare courageux, esprit sportif irréprochable, il sera, évidemment, le point d'ancrage auto» duquel les dirigeants parisiens reconstruiront l'équipe de demain. Celle qui ouvrira un cycle nouveau, que les dirigeants espèrent plus proique sur te plan international. C'est dans ce domaine, désormais, que le PSG doit construire sa grandeur. Demain, il faudra gagner la Coupe des coupes, lan Roche le sait. Lui qui, le premier, a reçu les félicitations d'un président de la République qui s'est battu pour l'Europe. Et qui, lui, s'en va, tandis que s'éteignent les lumières du Parc. Petite finale, beaux capitaines...

 

Cpe_Fra_1994_1995_Par.Stras.Thewildbunch22_1Hlf.thumb.jpg.4afdda78634bf4df765d4735ee47cd9a.jpg

 

Cpe_Fra_1994_1995_Par.Stras.Thewildbunch22_2Hlf.thumb.jpg.64dd905a89cfd5016c686ccb88ffa6b9.jpg

 

Cpe_Fra_1994_1995_Par.Stras.Thewildbunch22.TeleFoot.thumb.jpg.7e92f59b87c579743f170efcf2e2a4d3.jpg

 

217853628_Cpe_Fra_1994_1995_Par.Stras.Thew20(2).thumb.png.f3c55b7e2dd51c8301bb2c6c77ededfa.png

 

637884610_Cpe_Fra_1994_1995_Par.Stras.Thew20(15).thumb.png.d0d256f886a9efdb1fdd4c083e0b5e55.png1666488751_PsgStarsbourg1995twb22.blogspot.com-----020(11).jpg.64f709b89431c90b653a96f47fc2b13d.jpg2012250560_PsgStarsbourg1995twb22.blogspot.com-----020(14).thumb.jpg.0fb3fed1a073dd5c7e2488668ed72f4b.jpg

 

390650623_PsgStarsbourg1995twb22.blogspot.com-----020(6).jpg.a7844bcdfea3a570c51d784d3b7c08f1.jpg

 

 

 

Psg Starsbourg 1995 twb22.blogspot.com-----020 (12).jpg

Edited by twb22
Link to post
Share on other sites

1990 1991

Monaco Marseille

8 juin 1991
Parc des Princes,  Paris

 

1046016148_(KGrHqJ!jgE0vfd6Q-BNPt8uJJQ___35.JPG.7c984e6772e1e5da9c8fd7d6466bec81.JPG

 

Cpe.Fra.Final.1990.1991.Mon.Mars.Thewildbunch22.mkv
1.2 Go
100 %
 Terminé
https://uptobox.com/9ru9edd4omby

ou

https://k2s.cc/file/3e1c47b4c08a7/Cpe.Fra.Final.1990.1991.Mon.Mars.Thewildbunch22.mkv


interview
VTS_01_1.VOB
62.1 Mo
https://uptobox.com/fo957joqqobs

 

AS Monaco Jean-Luc Ettori (cap.) - Claude Puel (Petit carton jaune.png41e) , Roger Mendy, Emmanuel Petit, Luc Sonor - Marcel Dib (Petit carton jaune.png82e), Franck Sauzée, Youri Djorkaeff (Gérald Passi 59'), Gil Rui Barros - Youssouf Fofana (Ramón Díaz, 75'), George Weah. Coach : Arsène Wenger
Olympique de Marseille Pascal Olmeta - Manuel Amoros, Carlos Mozer (Petit carton jaune.png78e), Basile Boli, Bernard Casoni - Bruno Germain (Petit carton jaune.png11e), Laurent Fournier (Dragan Stojković 46'), Chris Waddle, Philippe Vercruysse - Abedi Pelé, Jean-Pierre Papin (cap.).
Coach : Raymond Goethals

 

djorkaeff_cdf_monaco.jpg.63e663a96e00f8370bdc5afdbfe8857e.jpg

 

 Marseille aura donc perdu sa deuxième finale en dix jours. Après Bari, ce fut Paris...
Mais pourquoi faudrait-il considérer le résultat du Parc des Princes sous le seul angle de l'échec marseillais ? Il y a au moins autant à méditer sur le triomphe monégasque. Je ne suis pas de ceux qui, cherchant à couper les cheveux en quatre, ont davantage insisté au lendemain de la finale française sur les défaillances olympiennes que sur les vertus princières. Il est anormal, en effet, de vouloir réduire la victoire de Marseille après sa désillusion européenne. Certes, cela a sans doute joué un rôle à Paris, mais il ne fut pas essentiel. Je reste persuadé d'ailleus que, ce soir-là, l'équipe de la Principauté aurait été capable de battre n'importe qui - même l'OM le plus fringant -, car elle était animée de la foi et de la volonté qui abattent les montagnes. 

 

OMMonacoAction.jpg.51047be44a8714b86e112233f189a018.jpg

 

 Le traumatisme de Bari était sans doute inscrit dans tous les esprits marseillais, mais à Bari, déjà, le trio magique Waddle-Pelé-Papin n'avait plus rien de magique. Wenger l'avait compris mieux que quiconque. Le club monéasque a pourtant des ambitions, en rapport sans doute avec son standing princier, mais il les exprime en douceur, avec discrétion. Un homme équilibré, sain, sobre et serein, qui ne parle jamais pour ne rien dire et qui le fait seulement quand il sait. Ce qu'il a surtout appris cette saison, c'est que les siens avaient fini par faire le complexe olympien. Deux échecs en championnat et quelques belles leçons de réalisme. Au point que l'on pouvait se dire que Monaco avait une trop bonne éducation pour venir se coltiner avec les Marseillais sans risquer la correction. Et ce n'est pas la finale de la Coupe de France, plus souvent bataille de rues que garden-party élégante, qui pouvait changer quoi que ce fût à l'affaire. Qu'à cela ne tienne, Arsène Wenger va travailler dans ce sens. Nous étions décidés à faire un grand truc, avoue Jean-Luc Ettori...(om4ever.com)

 

Cpe_Fra.Final_1990_1991_Mon_Mars.Thewildbunch22.thumb.jpg.5cb15d3ac76903ce420a45c6ffa83bad.jpg

 

561019115_Cpe_Fra.Final_1990_1991_Mon_Mars.The9s184(1).thumb.png.b12d1d27a78044784b708e6b09d49e3a.png

 

107089451_Cpe_Fra.Final_1990_1991_Mon_Mars.The9s184(18).thumb.png.778ff6075303f5eb70612fd4a945a512.png

 

1741025633_Cpe_Fra.Final_1990_1991_Mon_Mars.The9s184(19).thumb.png.7a95e3330e752c576c0d38152343d1a4.png

 

2126191654_Cpe_Fra.Final_1990_1991_Mon_Mars.The9s184(6).thumb.png.8e0b4d875514aa058350c972c2e7eef4.png

 

606173086_Cpe_Fra.Final_1990_1991_Mon_Mars.The9s184(3).thumb.png.e24090666c950e333d31c282a22f8a3e.png

Edited by twb22
Link to post
Share on other sites

1992 1993

Psg Nantes

12 juin 1993
Parc des Princes, Paris

 

643669323_CpeFrance-----748dd.jpg.dbad8bf0d81e8b991eaab60537261ace.jpg

 

https://k2s.cc/file/10acdc26c0cb8/Cpe.Fra.1992.1993.Par.Nant.Thewildbunch22.1Hlf.mkv
https://k2s.cc/file/e4bc739f6ac46/Cpe.Fra.1992.1993.Par.Nant.Thewildbunch22.2Hlf.mkv

 

C’est en cette saison 1992/1993 que le Paris Saint-Germain se fait vraiment connaître de l’Europe. Le point d’orgue intervenait le 18 mars 1993 avec cette rencontre mythique face au Real Madrid. Eliminés en demi-finale de la Coupe UEFA face à la Juventus, les Parisiens terminent deuxièmes en Championnat juste derrière l’OM, déchu de ce titre peu de temps après. Il fallait finir cette saison sur un titre et l’occasion était belle d’enrichir le palmarès du club avec une finale de Coupe de France face au FC Nantes.

 

1885378395_CpeFrance-----748(1).thumb.jpg.7e4fe7371864f93f6edbf6596f006ab4.jpg

 

 Après une première période plutôt terne, l’arbitre de la rencontre, Rémi Harrel, faisait basculer la rencontre en tout début de seconde période. Suite à une faute peu évidente de Karembeu sur Fournier, le PSG bénéficiait d’un penalty et l’international Français se faisait exclure. Le héros du 18 mars, « Casque d’or » Kombouaré transformait la sentence (1-0, 49e). En supériorité numérique, Paris dominait outrageusement et ajoutait deux nouveaux buts au compteur grâce d’abord à un coup-franc de Ginola (2-0, 55e) puis sur une tête victorieuse d’Alain Roche sur corner (3-0, 59e). Les hommes d’Artur Jorge pouvaient dérouler et même provoquer deux nouvelles expulsions nantaises. A 8, c’était mission impossible pour les Canaris qui s’inclinaient comme dix ans auparavant… Ce sera la Coupe de France des records puisqu’au cours de toute la campagne nationale, le PSG n’aura encaissé aucun but. Paul Le Guen dira après la rencontre : “On a gagné, notre victoire va rester dans l'histoire. Lors de la rencontre, nous avons su élever notre niveau de jeu, mes joueurs ont su assimiler des données dans le domaine tactique, de l'organisation, de l'entraînement. Le PSG a logiquement gagné la Coupe !

 

Cpe_Fra_1992_1993_Par_Nant.Thewildbunch22_2Hlf.thumb.jpg.852b15b2bc658d3f016f7f188761a0f1.jpg

 

Cpe_Fra_1992_1993_Par_Nant.Thewildbunch22_1Hlf.thumb.jpg.06ba85442d993e50477448abb283b3ea.jpg

 

271602213_Cpe_Fra_1992_1993_Par_Nant.Thewil9(7).thumb.png.5341759791ce30a3703e3d4633aa18aa.png

 

 

1727090480_Cpe_Fra_1992_1993_Par_Nant.Thewil9(8).thumb.png.bb07e1ddbb8c73a070c0a2c4588047c3.png

 

740229582_CpeFrance-----748(1).thumb.jpg.570316ee3d8dfca71dac08279180430b.jpg

Cpe France-----748d.jpg

Link to post
Share on other sites

Resumés Coupe de la ligue

Quarts de finale 10 novembre 2010

 

Res.CpeLg.10112010.Twb22.avi
177.0 Mo
https://uptobox.com/b5hslb1snn64

Link to post
Share on other sites

Coupe de la Ligue Finale

2010 2011

Marseille Montpellier

 

finale_coupe_ligue_2011.jpg.39f4b2825fc46b5d26dc6f2833acc989.jpg

 

https://k2s.cc/file/7936700cd6f1c/Cpe.Lgue.2010.2011.Final.Mars.Montp.Thewildbunch22.2Hlf.mkv
https://k2s.cc/file/105e9e4639e53/Cpe.Lgue.2010.2011.Final.Mars.Montp.Thewildbunch22.1Hlf.mkv
https://k2s.cc/file/1fd34ea7dcc60/Cpe.Lgue.2010.2011.Final.Mars.Montp.Thewildbunch22.Trophee.mkv
https://k2s.cc/file/1bd94ed602cc3/Cpe.Lgue.2010.2011.Final.Mars.Montp.Thewildbunch22.PreMatch.mkv

 

  Moins d'une semaine après leur affrontement lors de la 31e journée de Ligue 1 remporté par les Marseillais, l'OM et Montpellier se retrouvent en finale de la Coupe de la Ligue, ce samedi au Stade de France. Les hommes de Didier Deschamps ont l'occasion de devenir la première équipe à remporter le trophée deux années de suite, tandis que les Héraultais disputeront leur première finale de Coupe depuis 1994. Loïc Rémy et Abdelhamid El Kaoutari sont tous les deux absents, après leur altercation (et leurs expulsions) à la Mosson.

 

les-visages-des-supporters-traduisent-leur-deception_241770_510x255.jpg.ba4b6b829a3996ce7286174bd159c7b1.jpg

 

Interrogé en conférence de presse, Steve Mandanda, le portier de l'OM, revient sur cette rencontre. Pour l'ancien Caennais, l'OM partira favori au coup d'envoi mais sait que sur une finale, tout est possible. "On sait qu'on est favori au coup d'envoi, mais sur un match c'est toujours compliqué. On a vu la semaine dernière a quel point ils étaient difficile à manoeuvrer, à quel point ça pouvait être compliqué. La Coupe est loin d'être acquise. Pour gagner, il faudra mettre tous les atouts de notre côté, ça ne va pas se faire facilement", a déclaré "Il Fenomeno", comme il est surnommé par les supporters. 

 

Cpe_Lgue_2010_2011.Final_Mars.Montp.Thewildbunch22.Trophee.thumb.jpg.2f36797fef6eb3ae9897ce00f07eeceb.jpg

 

Cpe_Lgue_2010_2011.Final_Mars.Montp.Thewildbunch22_2Hlf.thumb.jpg.91bba7cebe099c16300483b487360b11.jpg

 

Cpe_Lgue_2010_2011.Final_Mars.Montp.Thewildbunch22_1Hlf.thumb.jpg.e84cf273d5b0d0c40561f640b4c7c3ab.jpg

 

Cpe_Lgue_2010_2011.Final_Mars.Montp.Thewildbunch22.PreMatch.thumb.jpg.b870bc39cedc868faf2aeda2a0ba251f.jpg

 

967659015_Cpe_Lgue_2010_2011.Final_Mars.Montp.T63(6).thumb.png.2461e8b0381a03a2b0af22f5427a53ef.png

 

1702535374_Cpe_Lgue_2010_2011.Final_Mars.Montp.T63(7).thumb.png.290d472c9c3957cf7252d2ecfe9002a4.png

 

EQP_22042011-4.thumb.jpg.13ae3cfc1c4da36a1c8310495f5ab658.jpg1488082480_CoupedelaLigue2011OmMontpellier2.thumb.jpg.078d1cb3aeb4c91c3587b546530416b5.jpg

 

525102092_CoupedelaLigue2011OmMontpellier1.thumb.jpg.5660ee1e84b12f1a3472ac3ceb749c7e.jpgEQP_22042011-4.thumb.jpg.13ae3cfc1c4da36a1c8310495f5ab658.jpg

Link to post
Share on other sites

Coupe de la Ligue Finale 1994 1995

Psg Bastia

3 Mai 1995
Parc des Princes , Paris

 

psgbastiaborrelli.jpg.2540da3e12f0acdaa401711c0bddffe0.jpg

 

https://k2s.cc/file/7e3ceb71b033b/Cpe.Lg.1994.1995.Par.Bast.Thewildbunch22.1Hlf.mkv
https://k2s.cc/file/45b5565535a2d/Cpe.Lg.1994.1995.Par.Bast.Thewildbunch22.2Hlf.mkv

 

498727477_-----025.jpg.96231f91560447a89c3c75f5cdd73806.jpg

 

Mini-cérémonie protocolaire, esquisse de remise officielle Je la Coupe ef petit tour d'honneur. En remportant  celte Coupe de la ligue nouvelle version, le PSG semblait en répétition générale, les joueurs avaient la tete ailleurs, soucieux, pour les uns, de ne pas manquer le rendez-vous de la «vraie» finale contre Strasbourg, quelques jours plus tard. 

 

Cpe_Lg_1994_1995_Par_Bast.Thewildbunch22_1Hlf.thumb.jpg.e54df6742bd79748cd83030431ff8e14.jpg

 

Cpe_Lg_1994_1995_Par_Bast.Thewildbunch22_2Hlf.thumb.jpg.18bb6359ce8f9d2118a2e2722f4dd14a.jpg

 

1085436432_Cpe_Lg_1994_1995_Par_Bast.The9(2).thumb.png.492767aa29ba30012a739579829e2764.png

 

1100990049_Cpe_Lg_1994_1995_Par_Bast.The9(8).thumb.png.245ba9ddd53019ca573bb7e68d4f025d.png

 

 

 

 

Edited by twb22
Link to post
Share on other sites

2005 2006

Psg Marseille

 

LH5KICEG5I2W67ABKFNCPSNCRQ.jpg.c237060e74734f52f44114f7c582695b.jpg

 

Cpe.Fra.2005.2006.Par.Mars.twb22.mp4
2.9 Go
https://uptobox.com/ckw2lqrcripu
https://uptostream.com/ckw2lqrcripu

 

La finale de la Coupe de France 2006 oppose le 29 avril 2006 les Parisiens aux Marseillais au Stade de France. Ce soir-là, plus de 79 000 spectateurs ont garni les tribunes. Alors qu’on annonce un match dans le match entre Franck Ribéry, côté marseillais, et Pauleta, pour les Parisiens, ce sont Kalou et Dhorasoo qui vont endosser le costume de héros.

Marseille, qui se présente avec plusieurs anciens Parisiens dans son onze de départ (Déhu, Beye, Cana) va en plus perdre rapidement l’un de ses principaux atouts offensifs, Michaël Pagis, blessé.

 

joiedhorasoo_0528125657.thumb.jpg.ff11b3c083d848d2def3c745c312813f.jpg

 

Guy Lacombe, l'entraîneur parisien de l'époque, se souvient : « A la causerie, j'avais énoncé le palmarès de chacun pour évoquer leur passé glorieux et leur dire qu'ils n'avaient rien à craindre. Je leur disais : Tu vas mettre ce soir une ligne de plus à ton palmarès. Yepes, qui avait remporté le Championnat d'Argentine, ce qui n'est pas rien, n'avait rien gagné en France. Il était touché, les autres aussi. » « Marseille était favori mais je m'étais dit que cette finale était pour nous. J'avais besoin d'ondes positives. C'était irrationnel. Je sentais qu'on allait sauver notre saison, se remémore Edouard Cissé. C'est comme pour Vikash. Il ne frappait jamais et il a marqué. »

 

Cpe_Fra_2005_2006_Par_Mars.twb22.mp4.thumb.jpg.39c2e8217530056046d0e2527ce68a6b.jpg

 

 

Link to post
Share on other sites

2003 2004

Psg Chateauroux

 

0203_psg_chateauroux_cdf_programmelmdp.jpg.ef536cb56bb6806ea220fa31c2e228f1.jpg

 

Cpe.Fra.2003.2004.Par.Chateauroux.twb22.mp4
2.8 Go
https://uptobox.com/nh46nfqhdxl9
https://uptostream.com/nh46nfqhdxl9

 

PSG : Lionel Letizi – Bernard Mendy, Frédéric Déhu, José-Karl Pierre-Fanfan, Talal El-Karkouri – Fabrice Fiorèse, Lorik Cana, Modeste M’Bami, Branko Bošković (Selim Benachour, 74′) – Daniel Ljuboja (Romain Rocchi, 85′), Pedro Pauleta (Alioune Touré, 90′). Entraîneur : Vahid Halilhodžić.

 

Cpe_Fra_2003_2004_Par.Chateauroux.twb22.mp4.thumb.jpg.f81f06139b44a26517c8fa2aa3895faf.jpg

 

img_580_380_center_articles-195001.jpg.ad7e3f41b441eee74e5828c21d555239.jpg

Link to post
Share on other sites

2002 2003

Auxerre Psg

Samedi 31.05.2003, 

finale à Saint-Denis,  Stade de France

 

0203_psg_auxerre_cdf_programme.jpg.27f062e91f67b977fd9cfb403d248381.jpg

 

Cpe.Fra.2002.2003.Aux.Par.twb22.mp4
2.4 Go
https://uptobox.com/eac4576hpp7r
https://uptostream.com/eac4576hpp7r

 

PSG-Auxerre-c-etait-deja-il-y-a-12-ans.jpg.ec83151605995641ee50aca9a22b27ef.jpg

 

PARIS S.G. : Alonzo – Cristobal, Potillon (Aloisio 90), Pochettino, Heinze – Dehu, Hugo Leal, J.Leroy, Pedron (Llacer 84) – Ronaldinho, Fiorèse (Paulo Cesar 75). Ent : Fernandez

AUXERRE : Cool – Boumsong, Mexes, Radet, Perrier Doumbé – Faye (Benjani 71), Mathis, Fadiga (Akalé 46), Lachuer – Cissé, Kapo. Ent : Roux

 

Au Stade de France, ce sont les joueurs de la capitale qui ouvrent le score par l'intermédiaire d'Hugo Leal (21ème). Djibril Cissé égalise ensuite pour les Auxerrois (76ème), avant que Jean-Alain Boumsong n'offre la victoire aux siens en toute fin de match (89ème). Ce succès permet à l'AJA d'inscrire son nom au palmarès de l'épreuve pour la troisième fois après 1994 et 1996.

 

Cpe_Fra_2002_2003_Aux_Par.twb22.mp4.thumb.jpg.504b21e2fb7b55abf42e339f0a3ae3cd.jpg

 

CGG4a6rWYAIWUc0.thumb.jpg.ef6ceed5fac8cb9f7c9bdccc70e85ebe.jpg

 

CGG4VzbWoAE8EcP.thumb.jpg.60b0fce59b4aea3440fd55f6f5f17b84.jpg

 

CGG4VYpWIAAln2J.thumb.jpg.2fe0bf7fb58f6ef1a444510de6c52e03.jpg

CGG4U4rW8AACG80.jpg

Link to post
Share on other sites

2004 2005

Auxerre Sedan

 

CGKQo-aWEAAXB9r.thumb.jpg.2ab8b4f3604650f22d541cdff3925cd7.jpg

 

e samedi 4 juin 2005, au Stade de France, l'Association de la jeunesse auxerroise et le Club sportif Sedan Ardennes disputent chacun leur cinquième finale de Coupe de France. Côté ardennais, où l'on rêvait d'une montée dans l'élite, la 6e place en Ligue 2 a été mal vécue, comme l'explique le Sedanais David Ducourtioux : «La saison est malheureusement foutue. Mais gagner serait vraiment bien pour notre public.»

 

Cpe.Fra.2004.2005.Aux.Sedan.twb22.mp4
2.6 Go
https://uptobox.com/oqfymi2t9ove
https://uptostream.com/oqfymi2t9ove

 

Cpe_Fra_2004_2005_Aux.Sedan.twb22.mp4.thumb.jpg.9027731235c3bc646217a03a0da4626c.jpg

Link to post
Share on other sites

coupe de la ligue 2011 2012

Lyon Marseille

 

1583177134_unnamed(1).jpg.78bdbd5a1c8ceee9e9f1b908040d0a6f.jpg

 

Des nerfs, un peu de sueur et beaucoup de patience : pour l’OM, c’est le cocktail gagnant depuis trois ans en finale de la Coupe de la Ligue. Ne cherchez plus le club résident du Stade de France. Les Marseillais ne se lassent pas des drôles de poupées gonflables, des cotillons, de la montée des marches et de l’ovation finale de l’enceinte parisienne. Sevrés de victoire au Vélodrome depuis deux mois, les supporters ont retrouvé de la voix. Faute réparée, à moitié pardonnée.

L’improbable héros, c’est Brandao. Habile pour se glisser côté fermé et surprendre Lloris (104e), le remplaçant de Rémy a délivré ses partenaires au moment où le physique lyonnais faiblissait. Le septième but du Brésilien en huit matches de Coupe de la Ligue. Par un étrange hasard, c’est donc un ancien banni, toujours sous contrôle judiciaire pour un viol présumé, qui rend le sourire à Marseille. Il est aussi le seul renfort qu’a bien voulu Deschamps en janvier.

 

L-OM-jusqu-au-bout-de-l-ennui.thumb.jpg.b9f6e90ce2ec53dc2cfb1005e1da80f1.jpg

 

Cpe.Lig.2011.2012.Lyn.Mars.twb22.mp4

2.2 Go

100 %

 Terminé

https://uptobox.com/iqyechommqkq

https://uptostream.com/iqyechommqkq

 

Cpe_Lig_2011_2012_Lyn_Mars.twb22.mp4.thumb.jpg.9346a3958ba7f7b9cbde7d12d5261d5f.jpg

 

Prolongations

Cpe.Lig.2011.2012.Lyn.Mars.Prolong.twb22.mp4

1.3 Go

100 %

 Terminé

https://uptobox.com/nef6pcihv9f5

https://uptostream.com/nef6pcihv9f5

 

Cpe_Lig_2011_2012_Lyn_Mars.ExTime.twb22.mp4.thumb.jpg.1f17e90f534db7f06320da675346fd04.jpg

 

1111046512_CapsCdL(2).png.979de037bc4fd87d9a971de14ef48d48.png

 

159868770_CapsCdL(1).png.3bbd9193a8829a308d65091b9258c60b.png

 

Eqp2.thumb.jpg.4325457dca899f61b66b8bb3311e9973.jpg

 

Eqp3.thumb.jpg.735c2f573ce343d808ae5f6d93c06a20.jpg

 

327945520_Footpro(4).thumb.jpg.47e7f085f935fceb0b191f518948e52a.jpg

 

1203510584_FranceFootballWeek-endN3444bisduVendredi13Avril2012-6.thumb.jpg.1b0cc86b05833420929c8c210a35d484.jpg947735783_FranceFootballWeek-endN3444bisduVendredi13Avril2012-12.thumb.jpg.a444b47a1ab86bc4c115c3ab6392d35a.jpg1255084354_FranceFootballWeek-endN3444bisduVendredi13Avril2012-13.thumb.jpg.7a8b3ebf0cbcde485e930d57e33822ba.jpg1712596092_LeParisienCahierParisduSamedi14Avril2012-20.thumb.jpg.d915fc48bb832d17aef9edacf277e569.jpgEQUIPE_DU_14_AVRIL-2.thumb.jpg.4c90f8d8e9f6af598055f655544d03cd.jpgEQUIPE_DU_14_AVRIL-3.thumb.jpg.cb46374aa0f973b4ea2c079ab11dce6d.jpg

Edited by twb22
Link to post
Share on other sites

1997 1998

Paris Sg Rc Lens

2 Mai 1998
Stade de France

 

250984474_CoupeFrance1998PsgLenstwb22.blogspot.com(8).jpg.56622ef005d61f3c38e1ff894eef66e2.jpg

 

PARIS SG: Fernandez - Algérino, Roche, Le Guen, Rabesandratana. Domi - Ducrocq, Gava, Rai - Simone, Maurice (Foumier, 88e). Entr.: Ricardo.
RC LENS: Warmuz - Waltemme, Dehu, Magnier - Sikora, Debève (Brunel, 60), Foe, Ziani - Smicer, Drobnajk (Soi, 60), Vairelles. Entr.: Leclercq.

 

Cpe.Fr.1997.1998.Par.Lns.Thewildbunch22.2Hlf.mkv
561.4 Mo
https://uptobox.com/pvlrqqj9gl0u
Cpe.Fr.1997.1998.Par.Lns.Thewildbunch22.1Hlf.mkv
598.7 Mo
https://uptobox.com/746246s8h6jc

 

145034711_CoupeFrance1998PsgLenstwb22.blogspot.com(6).jpg.fcfcdd671c14f348c50acdd1d80d18e9.jpg

 

Le capitaine Rai a offert à Didier Domi pour ses vingt ans le privilège de soulever, en premier un trophée que depuis quatre-vingts ans, les clubs français se disputent corps et âmes. Superbe conclusion d'une soirée où le Paris SG, véritable spécialiste des matches couperets, a enlevé la cinquième Coupe de France de son histoire (après 1982,1983,1993 et 1995). Un mois après le succès parisien en finale de Coupe de la Ligue devant Bordeaux, ce sont les mêmes artilleurs, Rai et Marco Simone, qui ont contribué à ce doublé. Les attaquants brésilien et italien, derniers trésors de l'ère Denisot, ont de nouveau prouvé leur immense talent. Quant à Alain Roche, à l'issue de cette soirée, il rejoint dans la légende Marceau Sommerlynck et Dominique Bathenay, vainqueurs à cinq reprises du trophée. 

 

2073841200_CoupeFrance1998PsgLenstwb22.blogspot.com(1).thumb.jpg.cd59c413284bda8148d04b83509eaa93.jpg

 

 De son côté, Lens a nettement moins d'atomes crochus avec cette épreuve puique les Sang et Or. ont échoué pour la troisième fois en finale (après 1948 et 1975). Les joueurs de Daniel Leclercq ont abordé l'événement quelque peu inhibés. Eux qui, sept semaines plus tôt, à Bollaert, en Championnat, avaient exécuté un PSG anémique (3-0) n'ont pas retrouvé le même dynamisme. Cette assurance et cet enthousiasme qui leur ont permis, cette saison, de conjuguer jeu offensif et résultats positifs. Le Paris Saint-Germain, en vieux routier des terrains européens, a su faire parler l'expérience. Paul Le Guen et ses partenaires ont été décisifs aux moment opportuns. Foe surpris par l'appel de Rai sur le but du Brésilien, puis la glissade de Magnier sur celui de Simone sont le parfait reflet des tâtonnements lensois. 

 

1316803086_PsgLenstwb22.blogspot.com-----474(1).thumb.jpg.c0c2f3d811a87a0ac07b0f57b3fac656.jpg

 

 Même la réduction du score par Smicer, à sept minutes du coup de sifflet final, n'a jamais donné envie aux coéquipiers de Wallemme de se révolter. Etonnant de la part d'une formation réputée pour son éternelle vitalité. La leçon servie par le PSG aux Nordistes, dans l'immensité du Stade de France, sera certainement salutaire à Lens lorsque le Racing abordera, la saison prochaine, les dures batailles de Champions league. Coté Parisien,  l'équipe retrouvera, non sans une pointe d'émotion, une coupe des coupes taillée à sa mesure. Déjà vainqueurss en 1996, les joueurs de la capitale, qui seront coachés par Alain Giresse la saison prochaine, feront partie des grandissimes favoris de cette C2 version 1998-1999.

 

1833259814_CoupeFrance1998PsgLenstwb22.blogspot.com(2).thumb.jpg.12dfa80e9b91d69c9d654e6b00ed6f54.jpg

 

Cpe_Fr_1997_1998_Par_Lns.Thewildbunch22_2Hlf.thumb.jpg.faa7ba14c675bced675d31cd1d97326e.jpg

 

Cpe_Fr_1997_1998_Par_Lns.Thewildbunch22_1Hlf.thumb.jpg.ca5e4b6903d55e38fe800bb63ec40fa8.jpg

 

913435267_Cpe_Fr_1997_1998_Par_Lns.Thewildbunch22(3).thumb.png.05fa7e4ddf685fdaca823bd870f8d468.png

 

1301282616_Cpe_Fr_1997_1998_Par_Lns.Thewildbunch22(4).thumb.png.244799f303cd8535f5ea600fa18224e9.png

 

337888529_PsgLenstwb22.blogspot.com-----474.thumb.jpg.e36fc97a75cec8afd231d5b655526f2f.jpg

Link to post
Share on other sites

1983 1984

Metz Monaco

11 Mai 1984
Parc des Princes, Paris

 

image.jpg.bb89f3a081c7c6db47fc52c887337881.jpg

 

Metz : Ettore - Thys (Sonor, 36e), Colombo, Zappia,  Barraja - Rohr (Cangini, 66e), Bracigliano, Bernad, Pécout   -   Kurbos,   Hinschberger. Entr. : Kasperczak.
Monaco : Ettori - Puel, Le Roux, Simon. Amoros - Bijotat,  Bravo, Genghini, Delamontagne - Krause, Bellone. Entr. : Muller.

 

https://rapidgator.net/file/971fa4686a2a7c89162318987ea8ec40/Cpe.Fr.1983.1984.Mtz.Mon.Final.Thewildbunch22.1Hlf.mkv.html
https://rapidgator.net/file/6b220a66a6f45145cf86f7d872054d91/Cpe.Fr.1983.1984.Mtz.Mon.Final.Thewildbunch22.2Hlf.mkv.html
https://rapidgator.net/file/b138b1eb111f13139a8f60cc208a8767/Cpe.Fr.1983.1984.Mtz.Mon.Final.Thewildbunch22.ExTme.mkv.html

 

798286303_MetzMonacoCoupe1984twb22.blogspot.com(4).thumb.jpg.3c6c0e27b1abb6e19f107f0a22313439.jpg

  L'équipe messine est assurément, en ce mois de mai 1984, en total état de grâce. L'opinion publique la situe mal pourtant et la croit offerte en martyre du cirque au féroce appétit de l'A.S. Monaco. Tout ou presque plaide en fadeur de cette analyse, l'équipe monégasque ayant réussi une dizaine de matches de valeur internationale cette saison et l'équipe lorraine ayant été plus souvent à la peine qu'en réussite ; le potentiel technique de l'une n'ayant rien de comparable avec le niveau de l'autre ; neuf internationaux occupant le camp monégasque pour un seul dans le camp messin. Bref, le déséquilibre complet dans tous les domaines, celui de l'argent et de la prime de victoire n'étant évoqué que pour mémoire. Mais, de tout temps, la finale de la Coupe a pris en compte d'autres valeurs que celles du jeu proprement dit et répercuté, exacerbé, rédivers comme l'identité à une région plus ou moins traumatisée, la communion avec une petite collectivité de quinze hommes, la volonté d'aller au bout de soi-même, l'ambition, le défi, la fierté. Et tout ce que l'on ne devine pas qui peut habiter un sportif dans ses ressorts intimes.

 

17369222_MetzMonacoCoupe1984twb22.blogspot.com(1).thumb.jpg.4c070f52cc46931c64675d532b8710f3.jpg

 

Lucien Muller, Alsacien de naissance et par conséquent très proche des Lorrains, estime que « Metz est une équipe qui, comme toutes celles de l'Est, rassemble en elle la solidarité, le collectif et aussi un certain tempérament. » Mais surtout, ajoute-t-il, « on ne peut pas perdre de vue que Metz est en très belle forme actuellement. » Eric Pécout, ancien Monégasque de fraîche date puisqu'il était encore en Principauté un an plus tôt, veut voir les choses de façon réaliste : « II faut d'abord s'attendre à souffrir, dit-il, et surtout ne pas se dire qu'on va faire le jeu. On doit placer deux attaquants en pointe comme devant Nantes et jouer tous les bons coups. Notre organisation devra être claire d'entrée. Je ne vois pas quel intérêt nous aurions à nous bercer d'illusions. »
Des illusions, on commence par ne pas trop s'en faire dans le public, durant la première mi-temps. L'ambiance est chaleureuse certes, grâce aux spectateurs lorrains venus en masse. Mais le jeu est pauvre pour ce qu'on en attendait. Par leur pressing et leurs remontées hors-jeu, les Messins tuent dans l'œuf la plupart des initiatives monégasques. Et quand ils sont à la limite de la rupture, c'est les Monégasques eux-mêmes qui avalent l'œuf, leur milieu de terrain Bijotat-Genghini-Delamontagne s'emberlificotant dans de la technique molle de fête foraine, sans inspiration ni réelle création. Les Messins, très appliqués, très près les uns des autres, n'ont pas pu faire autrement que d'aligner Jean-Philippe Rohr lequel joue avec une jambe de bois et se trouve très limité dans son rayonnement. C'est pourquoi quand Thys se blesse à la 36° minute, aussitôt remplacé par Sonor, et que les Messins continuent à contrôler la situation avec leurs moyens et un cœur admirable, on s'interroge sur la réelle aptitude de Monaco à faire mieux que ce qu'il est en train de montrer. On se demande comment cette équipe, justement réputée pour bien jouer au ballon, peut se perdre en autant d'approximations, de chandelles et de passes perdues. On se prend à aimer cette équipe lorraine courbée sur son établi, langue tirée et qui fait de la « belle ouvrage » avec le bois qu'on lui donne. 

 

812047308_MetzMonacoCoupe1984twb22.blogspot.com(3).thumb.jpg.f6d079b48093eae71fb4ed95e02a41dc.jpg

 

Le salut, pour Monaco, peut toujours venir d'un exploit individuel de tel ou tel, du « tireur fou » par exemple. Bruno Bellone, après deux mois éblouissants, semble malheureusement un peu émoussé : ses mollets sifflent quand il dépasse le cinquante à l'heure et sa tête brinquebale dans les virages. A la 68° minute, B.B. déclenche un coup de canon mais Ettore, placé dans l'axe, pare l'obus de ses deux avants-bras. On se rappelle alors la tête rasante de Gen-ghini, sur un centre d'Amoros, en première mi-temps (42e) et l'on se dit que cela fait deux belles occasions manquées dans un match où elles sont plus rares que radis en Islande. L'ennui pour Monaco, indépendamment de son incapacité propre à fabriquer un jeu digne de ce nom, est la lente montée des Lorrains vers le poste de commande. Il y a un bon moment déjà que Jean-Paul Bernad, le capitaine lorrain, éclaire le débat de son intelligence et de son adresse. Pécout à sa gauche, Kurbos à sa droite et Hinschberger en pointe, il reçoit, distille et répartit tous les ballons en objets de consommation aisée. Un bain d'huile qui contraste avec le panier en vrac des Monégasques. Les Messins ont peut-être senti qu'ils devaient laisser mûrir les enfants du prince. Ils les emmènent donc en prolongation pour leur faire chanter la grand'Metz. A la 103e minute, servi par Bernad, Kurbos s'échappe à la limite du hors-jeu et recentre sur Bernad dont le tir est contré. Mais Hinsberger l'instituteur, le tombeur de Nantes, trouve la balle devant son pied droit et l'expédie chez Ettori. Les Messins, menant 1-0, se retrouvent alors dans la position qu'ils affectionnent, celle du tireur embusqué. Six minutes plus tard (109L'), Kurbos ajoute un deuxième but, d'un tir chirurgical entre Ettori et son poteau gauche. Pour la première fois de son histoire et quarante-six ans après sa première finale, le F.C. Metz gagne la Coupe de France. Bernad et ses coéquipiers s'avancent vers Kasperczak, lui offrent le trophée : « Tenez, c'est vous qui l'avez gagné. - Non, ce n'est pas moi, c'est vous tous qui avez été magnifiques. » Monaco lui, a tout perdu : le championnat, la Coupe, ses illusions. Où donc est-elle ma lumière ? se demande-t-il. Devant, répond Lucien Muller.

 

Cpe_Fr_1983_1984_Mtz_Mon.Final.Thewildbunch22_1Hlf.thumb.jpg.3019ecdb06d14efbbb0aee845ca6fe62.jpg

 

Cpe_Fr_1983_1984_Mtz_Mon.Final.Thewildbunch22_2Hlf.thumb.jpg.19d345a91829cf5d4b02b273f0768fe1.jpg

 

Cpe_Fr_1983_1984_Mtz_Mon.Final.Thewildbunch22.ExTme.thumb.jpg.6689b5e47337baad63763cd1d40e15b1.jpg

 

1936218688_MetzMonacoCoupe1984twb22.blogspot.com(7).thumb.jpg.22d1a46fc11a42bd52676b1555bcfa36.jpg

 

2146400397_MetzMonacoCoupe1984twb22.blogspot_com.thumb.jpg.593939dc58a72377337d590485a85cf2.jpg

 

1955975981_MetzMonacoCoupe1984twb22.blogspot.com(8).thumb.jpg.104e79fd943bd937b945f26cf09f1bac.jpg

 

176880559_MetzMonacoCoupe1984twb22.blogspot.com(9).thumb.jpg.932d1274762b3111ad28b15a5d648f6e.jpg

 

1144621222_MetzMonacoCoupe1984twb22.blogspot.com(6).jpg.1db5585e215c9ba96c078cf7a801463e.jpg

Metz Monaco Coupe 1984 twb22.blogspot.com (2).jpg

Edited by twb22
Link to post
Share on other sites

1981 1982

Paris Sg St Etienne

Samedi 15 mai 1982
Parc des Princes,

 

1-1981-82-PSG-ASSE.jpg.cefdcd40731371e7575143d93453e1a6.jpg

 

Pilorget ; Battiston, Zanon, Rep, Larios, Platini.
Paris SG : Baratelli — Pilorget, Lemoult, Bathenay, Col (Renaut, 119e) — Boubacar, Fernandez, Surjak — Toko, Rocheteau, Dahleb (Ngom, 83e). Entraîneur : Georges Peyroche.
AS Saint-Étienne : Castaneda — Battiston, Gardon, Lopez, Lestage — Larios, Janvion, Zanon — Paganelli, Platini, Rep. Entraîneur : Robert Herbin.

 

Cdf.81.82.Prs.ste.Fin.Twb22.01.AVI
493.5 Mo
https://uptobox.com/v39ezlx4tmfp


Cpe.Fr.1982.Prs.Ste.Twb22.Pn.avi
196.5 Mo
https://uptobox.com/ox685359fv1m


Cpe.Fr.1982.Prs.Ste.Twb22.Pnlts.avi
91.8 Mo
https://uptobox.com/km9hzvn18wvh

 

518147765_PsgStEt823).jpg.edaae3a2da3ffc6215fb9a409dbc4b15.jpg

 


 Les finales de Coupe de France qui nous présentent un dénouement comme celui-là, on en redemande tous les ans. En 1982, nous avons pu assister à un de ces drames dont le sport, et le football en particulier, sont en définitive plus coutu-miers qu'on le pense. En quarante ans de carrière, j'en ai vu plusieurs, mais celui-ci, étant donné les personnalités qui y prirent part - l'ange vert, devenu rouge et bleu, ou le président Francis Borelli -, tient une place particulière dans mon panthéon des cent plus grands matchs. II y a trente ans, le Paris-Saint-Germain était un jeune club, fondé en 1973, qui avait repris les flambeaux définitivement éteints de mon cher Racing (le Racing Club de France où j'ai fait mes premiers pas de footballeur), du Stade Français et autres ÇA Paris, pour les clubs parisiens intra-muros. Au bout de la neuvième saison en Division 1, voilà les fantômes des Joseph Ujlaki et Roger Marche qui peuplaient les tribunes venteuses de Colombes, venir habiter les gradins de la bonbonnière du Parc de Princes pour la première finale de l'histoire du club du président Borelli. 

 

1417757_PsgStEt823(8).thumb.jpg.e954ad1ecf6f8eff921d09e93a1baded.jpg

 

 En face, le Saint-Etienne deuxième grande époque - génération Platini pour faire court - qui, pour la dixième finale organisée dans le nouveau Parc des Princes, décalotté de sa piste cycliste rosé, y revenait pour la cinquième fois avec un palmarès impressionnant : trois victoires en 1974, 1975 et 1977 pour une seule défaite, l'année précédente en 1980 face aux Corses du SEC Bastia. En cette saison 1981-1982, Saint-Etienne est encore en mesure de jouer le titre contre Monaco (les Verts échoueront d'ui point) tandis que le PSG obtiendra une honnête septième place (la deuxième meilleure place depuis son accession à l'élite en 1975). Saint-Etienne présente une équipe expérimentée coi prenant quelques anciens, comme Janvion ou Chri: tian Lopez, et des très jeunes comme ces espoirs du club très talentueux que sont le petit lutin Laurent Paganelli - qui malheureusement ne pourra faire la car rière que l'on attendait de lui - ou Laurent Roussev entré en cours de match. Cet amalgame brillant étan drivé par le maître à jouer du football français Miche Platini (déjà vainqueur de la Coupe avec Nancy en 978). Mais il y a aussi d'anciens Verts de la grande époque dans les rangs parisiens. Des verts devenus -ouge et bleu pour la fin de leur carrière : l'ange vert, prince de l'attaque, Dominique Rocheteau et un autre, Dominique Bathenay, le chef de la défense.

 

1414080468_PsgStEt823(6).thumb.jpg.f493a70d367e54417615fb5f32ad069f.jpg

 

Dans leur antre du Parc des Princes, les Parisiens obtiennent l'avantage seulement en début de seconde mi-temps par l'intermédiaire deToko auquel répond Michel Platini à la 76e minute. Alors que l'on pensait que Saint-Etienne, plus expérimenté, allait s'imposer en fin de match, les Parisiens emmenés par l'inlassable Luis Fernandez, meneur d'hommes infatigable et généreux, et par Mustapha Dahleb - meilleur buteur dans l'histoire du club - continuent à poser des banderilles par leurs attaquants, le puissant Toko et Rocheîeau, l'artiste. L'entraîneur parisien tente un coup en faisant entrer Michel N'Gom à la place de Dahleb, mais rien n'y fait, Michel Vautrot peut siffler la fin et demander aux deux équipes de changer de camp pour entamer les prolongations. Ce que les Parisiens craignaient arrive rapidement. Neuf minutes après la reprise du match, Michel Platini double la mise.

 

820381487_PsgStEt823(5).thumb.jpg.4773e2cd1bbddad1d5cc01a9ce418707.jpg

 

 Le match semble plié : comment les Verts qui dominent le débat pourraient-ils perdre leur avantage et ne pas remporter une nouvelle coupe ? Par un autre Vert, spécialiste des retours miracles ! Il ne reste que quelques secondes avant la fin de la deuxième mi-temps. Corner en faveur des Parisiens, cafouillage devant la cage de Castaneda et qui surgit ? Dominique Rocheteau, qui arrache la séance de tirs au but. En général, la dramaturgie de ces séances reflète l'état de fatigue psychique des joueurs, qu'on devine grande à la mesure des efforts fournis. Pourtant cette fois, au bout de 120 minutes de jeu, tous les joueurs de la première série de cinq tirs réussissent leur tentative. Exceptionnel. Il faut donc que les entraîneurs demandent des volontaires, qui, en général, ont déjà déchaussé leurs crampons dans leur tête. L'entraîneur de Saint-Etienne charge Christian Lopez de commencer la nouvelle série. Le vieux briscard de l'Asse échoue devant Baraîelli. C'est au défenseur droit parisien Jean-Michel Pilorget de s'avancer. Il réussit son tir. Le président Borelli, toujours son baise-en-ville à la main, peut pénétrer sur la pelouse et s'agenouiller pour embrasser l'herbe. Le PSG s'est imposé. Il est devenu un grand de France. Il lui faudra confirmer. Cela est une autre histoire.

 

Cpe_Fr_1982_Prs_Ste.Twb22.thumb.jpg.ecd6c18ca2b216afe10e76ba7a723907.jpg

 

Cpe_Fr_1982_Prs_Ste.Twb22.Pnlts.thumb.jpg.62d803cce02339066bb452414e0f687a.jpg

 

vlcsnap-2010-11-23-23h25m40s116.png.b7d2e4df3d314fa53b65924c98962cec.png

 

vlcsnap-2010-11-23-23h25m21s180.png.3cd1acf587b1df552ad730bdcf155abd.png

 

2002791663_PsgStEt823(2).jpg.f78f273b52d5543cf396a1b298f5e687.jpg

Link to post
Share on other sites

1986 1987

Bordeaux Marseille

Finale Mercredi 10 Juin 1987
Parc des Princes
45 145 spectateurs

 

1609818482_-----8872efin.jpg.60fd62fdf3d713e8fe353ee95bc59e02.jpg

 

Bordeaux - Dropsy - Thouvenel, Roche, Specht, Zoran Vujovic - Girard, Tigana, Touré, Ferreri - Fargeon, Zlatko Vujovic -

Marseille - Bell - Galtier puis Cubaynes (53eme), Domergue, Forster, Bade -Passi, Laurey puis Genghini (46eme), Sliskovic, Giresse - Diallo, Papin

 

Cpe.Fr.Bdx.Mrs.86.87.Twb22.avi
1.2 Go
https://uptobox.com/n8rlehzdpg0r

 

Une seconde finale de la Coupe avec la même affiche Bordeaux-Marseille, mais cette fois c'est, des deux côtés, le meilleur de la Division 1, Bordeaux devançant le nouveau Marseille pour la première place du championnat de France. En effet, pour sa deuxième saison, Bernard Tapie, le président de l'OM, a mis en place sa stratégie : changer les hommes. Huit joueurs nouveaux sont apparus dans les rangs olympiens dont l'ancien sauveur de Bordeaux de l'année dernière, Alain Giresse, débauché au grand rival Claude Bez, mais aussi l'Allemand Karl-Heinz Fôrster, les tripoteurs de ballons que sont le jeune Frank Passi et le Yougoslave Sliskovic, sans oublier l'avant-centre de l'équipe de France Jean-Pierre Papin. Le résultat a été bénéfique puisque Marseille commence cette saison sa montée en puissance. De l'autre côté, cinq joueurs de classe internationale sort apparus en Gironde : le duo des frères Vujovic et quasiment toute l'attaque : JoséTouré, Philippe Fargeon et Jean-Marc Ferreri.

Les deux clubs se sont imposés en demi-finale, brillament pour Marseille aux dépens du Stade de France, moins bien pour Bordeaux qui n'a pas réussi à battre le club de D2 d'Alès et qui ne s'est qualifié qu'au bénéfice  des deux buts marqués à Aies lors du match aller. En fin I de saison, on sent que Bordeaux est épuisé et que Marseille a a possibilité d'obtenir sa revanche. Tout le monde est conscient de cet état de fait : Aimé Jacquet te premier, qui a décidé de laisser venir les techniciens marseillais, en particulier Alain Giresse, laissé libre de ses mouvements mais en même temps isolé de son principal pourvoyeur de balles, le Yougoslave Sliskovic, un maître technicien. Les événements vont faciliter la tâche des Bordelais. Il faut un exploit personnel : il sera te fait de Philippe Fargeon. Servi dans le rond central par Jean-Marc Ferreri, le jeune attaquant savoyard se tance dans un long raid rectiligne, poursuivi par Jean-François Domergue. À l'entrée de la surface de réparation, il se retrouve face à Joseph-Antoine Bell et décoche un tir violent. Bell pare et détourne le ballon. Mais le gardien marseillais ne peut que repousser sur sa droite et à mi-hauteur dans l'axe de la course de l'attaquant bordelais. D'une magnifique tête plongeante, Fargeon permet aux Girondins de mener au score à l'issue du premier quart d'heure (14e minute).

 

-----490g.jpg.9940a2f8dd44fc9ee172732ed16fe198.jpg


Pour les Marseillais désormais, il faut marquer et ils tentent tout ce qui est possible. Que ce soit Sliskovic ou Jean-Pierre Papin, les attaquants marseillais s'épuisent. Si, en première mi-temps, les Olympiens tirent Beaucoup sur le but bordelais, en deuxième mi-temps, ils sont moins incisifs, les deux équipes faisant jeu égal au niveau des frappes à une cadence élevée - une toutes les trois minutes ! - mais le plus souvent déclenchées hors de la surface et majoritairement hors cadre. Le match gagne en intensité, les actions limites se multiplient qui provoquent de nombreux avertissements. Il faut attendre la fin de la partie pour que Bordeaux confirme sa maîtrise de la rencontre grâce à une action collective, cette fois, partie sur le côté droit avec un échange Thouvenel-Touré-Thouvenel le long de la touche. Poursuivant son mouvement, l'arrière droit bordelais entre dans la surface de réparation, s'avance vers la ligne de but, centre en retrait sur Zlatko Vujovic qui se trouve face au premier poteau. Son centre passe entre Fôrster, Domergue et Bell. L'attaquant yougoslave propulse la balle du plat du pied droit dans le but vide, la défense marseillaise étant très en retard. Les Marseillais n'ont pas tous vraiment combattu à leur niveau. Bordeaux, lui, réalise le premier doublé de son histoire, Bernard Tapie, de son côté, a promis de faire un sort à ceux qui ont failli. Un autre Marseille sortira de cette expérience.

 

Cpe_Fr_Bdx_Mrs_86_87.Twb22.thumb.jpg.ccba403890d503627b83007214afd18b.jpg

 

vlcsnap-2010-12-01-09h02m32s38.png.0cbda48ed1992d293b91f4ded0732a8a.png

 

vlcsnap-2010-12-01-09h02m42s136.png.0c16df9cc9e82e1284311fccbd21d053.png

 

Link to post
Share on other sites

2007 2008

Lyon Psg

25 mai 2008

Parc des Princes

 

lyon1-213x300.png.adb13bfe529a0f2df5e9b3c51c72a9da.png

 

PARIS S.G. : Alonzo – Ceara, Camara, Yepes, Armand – Bourillon (Souza 105), Clément, Chantôme (Mendy 83), Rothen – Pauleta (Luyindula 80), Diané. Ent : Le Guen

LYON : Coupet – Reveillère, Squillaci, Boumsong, Grosso – Toulallan, Juninho (Clerc 117), Kallström (Bodmer 68) - Govou, Benzema, Fred (Keita 73). Ent : Perrin

 

Cpe.Fra.2007.2008.Lyn.Par.twb22.mp4
3.5 Go
https://uptobox.com/x5webwwa82ng
https://uptostream.com/x5webwwa82ng

 

0708_lyon_psg_cdf_pauleta.jpg.a7f5e2b72238feda33648fba44009baf.jpg

 

Face à un PSG méritant, l'OL a attendu les prolongations pour inscrire son nom au palmarès de la Coupe de France pour la première fois depuis 1973. Malmenés, les Lyonnais ont puisé au fond d'eux mêmes pour décrocher un doublé Coupe - Championnat historique.

Au bout d'une saison placée sous le signe du paradoxe, l'OL ressemble aujourd'hui plus à une équipe en fin de cycle qu'au septuple champion de France. Alignée en 4-4-2 avec la paire Fred - Benzema en pointe, la formation lyonnaise a été d'une faiblesse rare en première mi-temps. Dominé dans tous les domaines, Lyon n'a quasiment pas existé pendant une heure de jeu, laissant à des Parisiens presque surpris l'emprise sur le match. Hormis une frappe sèche de Benzema qui frôlait le poteau d'Alonzo, les occasions étaient toutes parisiennes. Une tête de Camara sur la barre, une frappe de Pauleta sauvée sur sa ligne par Reveillère, un but d'Armand refusé logiquement pour hors jeu... autant d'avertissements sans frais pour les Gones, incapables de rentrer dans leur finale.

 

Cpe_Fra_2007_2008_Lyn_Par.twb22.mp4.thumb.jpg.03ddc6e0a315c0ed1f6966ed413ec001.jpg

 

 

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Promotion

  • Promotion

×
×
  • Create New...